Pas si décrocheurs que ça !

24.06.2020

Le recteur Karim Benmiloud est allé mercredi 24 juin à la rencontre des jeunes de la plateforme d’insertion du lycée Camille Claudel de Clermont-Ferrand.

Depuis le début de l’année scolaire, 25 jeunes de 16 ans et plus, en situation de décrochage avéré, ont été accueillis sur cette plateforme d'insertion. Fonctionnant en entrées et sorties permanentes, ce dispositif de la Mission de Lutte contre le Décrochage Scolaire (MLDS) a pour objectif de favoriser un retour en formation diplômante (voie scolaire ou apprentissage) et de faciliter ainsi l’insertion professionnelle.

Pendant la période de confinement, en lien étroit avec la coordonnatrice de la plateforme, les contacts avec les jeunes et leur famille, ainsi que la continuité pédagogique ont pu être maintenus pour 80 % des jeunes, les échanges s’organisant par SMS, internet, téléphone, courrier.

Depuis le 8 juin, les jeunes sont reçus en entretien individuel au lycée.

L'académie compte 12 plateformes d’insertion de ce type, qui ont accueilli, depuis le début de l’année, 206 jeunes âgés de 16 ans et plus en situation de décrochage avéré. En fonction du profil des jeunes et du calendrier de l’année, deux types d’accompagnement sont proposés :

  • Un accompagnement de quelques semaines pour des jeunes qui ne souhaitent pas de retour en milieu scolaire ou au contraire pour des jeunes immédiatement mobilisables pour une entrée en lycée professionnel : réalisation d’un bilan individuel, consolidation et validation du projet professionnel (visites, stages en entreprise, mini stages en LP), accompagnement dans la recherche de contrat d’apprentissage.
  • Un accompagnement d’une durée de 1 à 9 mois pour des jeunes qui n’ont pas de projet professionnel défini : renforcement et/ou maintien des acquis scolaires, découverte des milieux professionnels, définition et validation du projet professionnel, accompagnement dans la réalisation d’un projet de retour en formation (entrée en lycée, signature d’un contrat d’apprentissage).

Au début du confinement, 147 jeunes étaient inscrits sur l'ensemble des plateformes. La continuité pédagogique a été assurée par les enseignants et les coordonnateurs. Pour les élèves ne disposant pas d’internet, les échanges se sont organisés par SMS, téléphone, voie postale, notamment par le biais des éducateurs. Des liens quasi quotidiens ont été instaurés, même pendant les vacances. Seuls 16 jeunes se sont avérés injoignables, cette période de confinement cristallisant les difficultés (scolaires, sociales, de santé, confinement ailleurs…). Aujourd’hui, les élèves ont retrouvé le chemin des lycées où ils sont reçus individuellement ou en collectif.

Le recteur a profité de ce déplacement pour présenter le plan académique de lutte contre le décrochage en sortie de crise sanitaire.

Il s'agit de mettre en place, avec les établissements, les CIO et la MLDS un plan d’actions pour prévenir les ruptures scolaires liées à la période de confinement. En effet, certains élèves parmi les plus fragiles, se sont éloignés de l’école, en ne rendant pas les travaux demandés, en ne répondant pas aux sollicitations téléphoniques, en ne faisant pas de voeux d'orientation. Une liste nominative de ces élèves a été établie très rapidemment ; elle est régulièrement actualisée (859 jeunes actuellement).

Les deux tiers des jeunes repérés sont des garçons. En collège, tous les niveaux sont concernés à part égale ; dans le 2nd cycle, ce sont les jeunes issus de LP qui décrochent le plus (2de et 1ère ).

Après avoir effectué le recensement de ces élèves, les psychologues de l’Education Nationale se chargent de vérifier leur situation. Les premiers retours montrent que la majorité des élèves a déjà renoué avec leur établissement d’origine. Une vérification sera effectuée à la rentrée scolaire.

Mais d’ores et déjà, les situations des plus fragiles sont étudiées en Cellule de Veille Educative (Commission multi partenariale avec notamment la présence de la mission locale) ; les jeunes de 3e qui n’auraient pas d’affectation seront invités à participer aux Sessions de Suivi et d’Orientation début juillet.

La mise en œuvre de l’obligation de formation pour tout jeune mineur de 16 à 18 ans (article 15 de la loi du 26 juillet « pour une école de la confiance ») renforcera ce plan d’actions.

 

 

 

 
Vous avez une question ?
Ma demande école inclusive

DIRECTION DES SERVICES DEPARTEMENTAUX DE L'EDUCATION NATIONALE

carte de l'auvergne lien vers DSDEN Allier lien vers DSDEN Puy-de-Dôme lien vers DSDEN Haute-Loire lien vers DSDEN Cantal
diplome.gouv.fr - attestations de diplômes en ligne
Plan mercredi : une ambition éducative pour tous les enfants
Vigipirate - Sécurité renforcée risque attentat - Dispositif vigipirate consignes de sécurité
Déclarer son handicap ? Ce n'est pas rien, mais ça change tout ! Vous êtes en situation de handicap ? L'Education nationale recrute !
Bouquet de services - Toutes les démarches en lignes et infos utiles - Découvrez les services
Marianne - Les engagements qualité