Besoins éducatifs particuliers

Élèves intellectuellement précoces (EIP)

Une question paradoxale, mais bien réelle pour l’école

En France, la question des enfants ayant des capacités intellectuelles qui dépassent l’ordinaire est apparue de manière structurée et particulière au cours des années 1970. Durant cette période, des parents et des professionnels (médecins, psychologues et enseignants) ont pris conscience d’un phénomène jusque-là très peu pris en considération, souvent confiné au thème des « génies » et de leur histoire singulière ou bien réduit à des appréciations péjoratives et suspicieuses. Les travaux du psychologue Jean-Charles Terrassier sont à cet égard fondateurs dans notre pays d’une réflexion sérieuse et cohérente sur ce qui apparaît comme une problématique digne d’intérêt concernant 2 à 5 % des élèves.

En effet, si ces enfants présentent des capacités intellectuelles remarquables, dûment identifiables par les psychologues, et si beaucoup d’entre eux suivent une scolarité heureuse, une proportion importante d’entre eux connaît des difficultés sérieuses au cours des apprentissages scolaires. La prévalence des troubles de l’apprentissage est importante parmi eux. Certains de ces enfants sont confrontés à une souffrance réelle au cours de leur parcours scolaire et ils peuvent même connaître un échec grave avant d’atteindre le lycée. Cette situation paradoxale perturbe tous les acteurs qui accompagnent ces enfants sans y être préparés. Elle interpelle l’école. C’est pourquoi en 2001, le ministre de l’Éducation nationale Jack Lang a missionné un inspecteur d’académie pour organiser un groupe de travail et lui rendre un rapport sur la scolarisation des élèves intellectuellement précoces. En janvier 2002, le rapport de Jean-Pierre Delaubier fut rendu public. Il officialisait la réflexion menée au cours des précédentes décennies.

L’enfant intellectuellement précoce est caractérisé par un fonctionnement cognitif spécifique qui concerne les processus d’apprentissage, de compréhension et d’attention. On peut observer en lui un fort décalage entre son développement psychomoteur et affectif d’une part, et de son développement intellectuel d’autre part. De nombreuses caractéristiques touchant les capacités cognitives, mais aussi socioaffectives et comportementales sont observables à des degrés plus ou moins prononcés. De ce fait, chaque enfant intellectuellement précoce présente un tableau spécifique qui justifie une approche personnalisée.

« En tout état de cause, et il est important d'insister là-dessus, la précocité intellectuelle n'est pas une pathologie et n'est la conséquence d'aucune déficience, elle ne provient pas d'une altération physique ou psychique. Elle reste un mode de fonctionnement intellectuel particulier qui engendre des caractéristiques et génère des besoins particuliers. » - Jean-Marc Louis & Fabienne Ramond in Scolariser l'élève intellectuellement précoce (Dunod, 2e édition, avril 2013)

Une reconnaissance officielle avec des instructions affirmées

Désormais, la question des élèves intellectuellement précoces (ou à haut potentiel intellectuel) relève du domaine des besoins éducatifs particuliers.

Depuis la loi d’orientation et de programme pour l’avenir de l’école de 2005, la problématique des élèves intellectuellement précoces est prise en charge par des textes officiels qui légitiment des adaptations pédagogiques et une formation à cette question pour les enseignants, de la maternelle à l’entrée au lycée.

En octobre 2007, une circulaire a été publiée pour donner des instructions concernant les « parcours des élèves intellectuellement précoces ou manifestant des aptitudes particulières à l’école ou au collège ». Dans chaque académie, le recteur est appelé à désigner un « référent élèves intellectuellement précoces » qui est un professionnel ressource pour les parents et la communauté éducative.

En novembre 2009, une deuxième circulaire a complété la première et a introduit un « guide d’aide à la conception de modules de formation pour une prise en compte des élèves intellectuellement précoces ».

En avril 2013, la circulaire de préparation de la rentrée scolaire demandait : « Une attention particulière devra être accordée aux élèves intellectuellement précoces pour qu’ils puissent également être scolarisés en milieu ordinaire. À cet effet, dès la rentrée 2013, chaque enseignant accueillant dans sa classe un élève intellectuellement précoce aura à sa disposition sur Eduscol un module de formation à cette problématique ».

Enfin, en juillet 2013, la loi d’orientation et de programmation pour la refondation de l’école de la République a introduit dans les principes du service public de l’éducation celui de l’école inclusive et la reconnaissance des besoins éducatifs particuliers, cela dans le droit fil de la déclaration de Salamanque de l’Unesco en juin 1994 sur les besoins éducatifs spécifiques et de la Déclaration des jeunes à Lisbonne en septembre 2007 sous l’égide de l’Union européenne qui dispose que : « Nous trouvons que l’éducation inclusive présente de nombreux avantages : nous acquérons davantage de compétences sociales ; nous vivons des expériences plus riches ; nous apprenons comment nous en sortir avec le monde réel ; nous voulons avoir et nous mélanger avec des amis ayant et n’ayant pas de besoins particuliers. […] l’éducation inclusive est mutuellement bénéfique à tous. »

Comme le prévoyait la circulaire de préparation de la rentrée, en septembre 2013 la Direction générale de l’enseignement scolaire (DGESCO) a publié et mis à disposition des équipes éducatives un module de ressources d’accompagnement pédagogique intitulé : Scolariser les élèves intellectuellement précoces (EIP).

Sauf cas extrêmement particuliers, les élèves intellectuellement précoces ont vocation à poursuivre leur scolarité dans les établissements de leur secteur en bénéficiant d’un parcours personnalisé.

Des acteurs aux statuts variés pour un partenariat éducatif concerté

• L’enseignant

C’est souvent lui qui observe dans la classe et dans l’établissement les particularités de l’élève intellectuellement précoce, sans forcément identifier l’origine de ces particularités. Sa place fait de lui l’interlocuteur privilégié des parents de l’enfant et des autres professionnels qui seront conduits à travailler sur la problématique dans le cadre d’un partenariat éducatif concerté. Surtout, c’est lui qui est chargé de mettre en œuvre la prise en charge pédagogique qui répond aux besoins de l’élève intellectuellement précoce.

• Le psychologue scolaire et le conseiller d’orientation psychologue

Ces deux professionnels de l’Éducation nationale sont compétents pour évaluer le développement et le fonctionnement intellectuels de l’enfant sur la base d’un examen psychologique approfondi. Cet examen met en évidence les particularités cognitives, mais aussi socioémotionnelles et comportementales qui composent la personnalité de l’élève. Le psychologue scolaire (école primaire) et le conseiller d’orientation psychologue (second degré) sont aussi habilités à recueillir les examens psychologiques faits par d’autres psychologues. Sur ces bases, ils sont à même de répondre aux questions des parents, des élèves et des enseignants et éducateurs. Ce sont souvent les premiers acteurs de la problématique pour contribuer à la traiter dans un partenariat bienveillant et constructif.

• Le médecin et l’infirmière scolaires

Tous deux peuvent être interpellés par l’équipe pédagogique ou par les parents sur la base des signes de mal être de l’enfant (repli sur soi, attitude dépressive, attitude agressive ou violente, forte instabilité en classe, absentéisme en développement). Dans le cadre de leurs compétences respectives, le médecin et l’infirmière scolaires peuvent participer à l’élucidation de l’origine des troubles et au partenariat qui s’impose pour apporter un accompagnement éducatif adapté et bienveillant.

• Le directeur d’école et le chef d’établissement du second degré

Dans le cadre de leur mission et de leur rôle éminent dans la bonne marche de l’école, les directeurs et chefs d’établissement sont de fait partie prenante de la problématique de tous les élèves à besoins éducatifs particuliers. Ils sont garants de la construction et du parcours de l’élève intellectuellement précoce et veillent à ce que les partenariats qui s’imposent puissent être effectifs dans les meilleures conditions pour les élèves.

• Le référent académique

Chargé de rassembler les ressources sur la problématique des EIP, il répond aux questions des familles et sensibilise tous les acteurs de l’institution. Il s’attache à promouvoir la formation des professionnels de l’éducation nationale dans ce domaine. Il travaille en liaison étroite avec les inspecteurs territoriaux et les chefs d’établissement et assure une relation de qualité avec les associations partenaires de l’école qui œuvrent dans le domaine des enfants intellectuellement précoces.

Actuellement, le référent académique est monsieur Dominique Momiron, inspecteur de l’éducation nationale, conseiller technique ASH auprès de madame le recteur. Coordonnées : ce.pbep(@)ac-clermont.fr — 04 73 99 35 08 ou 04 73 99 35 82

Il est assisté par des groupes départementaux EIP :

• Les acteurs extérieurs

Les parents

Ils jouent un rôle déterminant, tant pour la reconnaissance de la précocité intellectuelle de leur enfant que pour son accompagnement durant tout son parcours scolaire. Ils ont très souvent été les premiers témoins des particularités psychologiques de l’enfant dans la vie familiale et de ses premières difficultés dans son rapport à l’école.

Il est indispensable d’engager avec eux un partenariat bienveillant et compréhensif, car ils sont souvent très inquiets et confrontés à des questions difficiles. La reconnaissance des besoins éducatifs particuliers de leur enfant a souvent un effet thérapeutique immédiat pour lui, en permettant des adaptations efficaces.

Certaines phases sensibles exigent une prise en compte attentive des parents d’enfant intellectuellement précoce présentant des difficultés à l’école : diagnostic, passage au collège, orientation.

Les praticiens en dehors de l’école

Pour certains enfants intellectuellement précoces, un accompagnement par des professionnels du secteur médicosocial ou du secteur libéral est parfois nécessaire : soutien psychologique, en psychomotricité.

Il est fortement recommandé que ces professionnels soient inclus dans le partenariat construit pour le parcours scolaire de l’enfant. Les échanges avec eux permettront une meilleure connaissance de l’enfant et de ses besoins éducatifs particuliers.

Les associations spécialisées partenaires de l’école

Ces associations sont souvent les premiers partenaires des parents confrontés à une situation qui les inquiète fortement. Elles apportent leurs conseils et leurs connaissances des dispositifs. En France, elles ont joué un rôle important dans la reconnaissance de la problématique liée aux difficultés de la scolarité des enfants ayant des capacités intellectuelles remarquables, problématique qui fut longtemps considérée de manière superficielle ou péjorative dans le pays. Elles ont soutenu les recherches scientifiques et pédagogiques dans ce domaine. Les plus importantes d’entre elles sont devenues partenaires de l’école et visent à œuvrer pour l’inclusion scolaire dans les meilleures conditions possible des enfants intellectuellement précoces rencontrant des difficultés à l’école. Outre les parents, de nombreux professionnels concernés (dont des enseignants) sont adhérents et acteurs de ces associations. Ces associations apportent volontiers leur concours à la formation initiale et continue des professionnels de l’éducation.

Des dispositifs et des adaptations pédagogiques disponibles dans le système scolaire

En fonction des besoins éducatifs soigneusement identifiés de l’élève, de sa situation dans le parcours scolaire et des ressources et contraintes locales, l’équipe éducative pourra mobiliser certains des dispositifs et adaptations pédagogiques disponibles dans le service public de l’éducation. Rien n’est systématique. Il s’agit de répondre au mieux aux besoins particuliers, sans perdre de vue que ceux-ci sont susceptibles d’évoluer avec la maturité et les progrès de l’élève.

On trouvera dans le module de ressources pédagogiques publié par la DGESCO tous les éléments de description de ces outils.

Dispositifs mobilisables :

• Programme personnalisé de réussite éducative (écoles et collèges)

• Accompagnement personnalisé (lycées)

• Accompagnement éducatif (écoles et collèges de l’éducation prioritaire)

• Accélération des parcours (de la maternelle au lycée)

Adaptations pédagogiques mobilisables :

• Adaptation des contenus d’enseignement

• Adaptation des méthodes pédagogiques

• Travail appuyé sur la méthodologie et l’organisation

• Travail sur la socialisation

Références et ressources

Article L321-4 du Code de l’éducation issu de la loi d’orientation et de programme pour l’avenir de l’école de 2005 (école)

Article L332-4 du Code de l’éducation issu de la loi d’orientation et de programme pour l’avenir de l’école de 2005 (collège)

Décret n° 2014-1377 du 18 novembre 2014 relatif au suivi et à l'accompagnement des élèves (Évaluation des acquis, accompagnement pédagogique des élèves, dispositifs d'aide et redoublement)

Circulaire nº 2007-158 du 17 octobre : Parcours scolaire des élèves intellectuellement précoces ou manifestant des aptitudes particulières à l’école ou au collège.

Circulaire nº 2009-168 du 12 novembre 2009 : Guide d’aide à la conception de modules de formation pour une prise en compte des élèves intellectuellement précoces

Circulaire n° 2014-068 du 20 mai 2014 : Préparation de la rentrée scolaire 2014 (annexe 12, paragraphe 3)

La scolarisation des élèves intellectuellement précoces – rapport à Monsieur le Ministre de l’Éducation nationale, Jean-Pierre Delaubier, janvier 2002

Scolariser les élèves intellectuellement précoces (EIP) – module de ressources d’accompagnement pédagogique, DGESCO, septembre 2013

Un cas particulier d'élèves à besoins éducatifs particuliers : les intellectuellement précoces – actes de l'université d'automne « Le système scolaire français et les élèves à besoins éducatifs particuliers », 27-30 octobre 2003, Vichy

Le collège en pratique : la scolarisation des élèves intellectuellement précoces (site du ministère de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche)

Les enfants précoces ont-ils un cerveau différent ? (article publié sur le site de l'université Claude Bernad-Lyon I, Sciences pour tous)

Surdoués, un douloureux atout (In Vivo, magazine de la santé de France 5 - novembre 2014)

Livret du colloque AFEP du 5 mars 2016 à Gerzat (fichier PDF)

Quatre ressources qui peuvent aider les équipes pédagogiques dans certaines situations :

Associations spécialisées partenaires de l’école dans l’académie de Clermont-Ferrand
 

DIRECTION DES SERVICES DEPARTEMENTAUX DE L'EDUCATION NATIONALE

carte de l'auvergne lien vers DSDEN Allier lien vers DSDEN Puy-de-Dôme lien vers DSDEN Haute-Loire lien vers DSDEN Cantal
Saisir les services de l'académie de Clermont-Ferrand
Bouquet de services
ecolenumerique.education.gouv.fr