Documentation > Pédagogie > L'évolution des CDI vécue par les professeur.e.s documentalistes

L'évolution des CDI vécue par les professeur.e.s documentalistes

Si vous avez envie de témoigner de l’évolution de votre CDI vers un 3C et de partager votre réflexion, faites parvenir  des photos et quelques informations sur votre façon de travailler à madame BALLARIN l’IPR-EVS annie.ballarin@ac-clermont.fr



 

 



Le CDI du lycée professionnel Desaix de Saint-Eloy-les-Mines :

 

des avancées vers le 3C pour aujourd'hui et pour demain

Floriane JAUD


Affectée durant mon année de fonctionnaire-stagiaire au LP Desaix (sections industrielles PLP, MEI, EDPI et Métiers de la mode-Maroquinerie), j’ai pu découvrir le monde du lycée professionnel et affiner ma vision des choses en ce qui concerne le rôle du professeur-documentaliste dans ce type de structure. Des expérimentations pourraient être approfondies ou testées. 

 

Un lieu à apprivoiser

  Le CDI, rénové en 2007, tient une position centrale dans l’établissement : accès direct sur le hall, proximité de la salle des professeurs et de la vie scolaire,… Il tire son originalité de sa forme longitudinale et de la présence d’un escalier central, conduisant auparavant à une mezzanine, devenue salle de vie scolaire jouxtant le bureau du CPE et des AED.

  A mon arrivée, j’ai pensé que l’organisation de l’espace était à revoir et ne laissait pas assez de marge de manœuvre aux élèves. En effet, à l’usage, j’avais remarqué que ceux-ci se dirigeaient d’emblée vers la rampe de postes informatiques mais ne continuaient pas leur chemin et ne se rendaient quasiment jamais vers le coin lecture ou la grande table de travail. J’ai souhaité faire de cet espace un lieu plus convivial, plus attractif, notamment en cloisonnant un peu plus les différents endroits du CDI pour lui donner une dimension de centre de connaissances et de culture. En disposant les grilles d’exposition autour du coin lecture et en dégageant les rayonnages des fictions, les élèves ont porté plus d’attention au reste de la pièce.

  Au fur et à mesure de l’année, j’ai souhaité que l’escalier, qui m’était apparu comme un obstacle à la surveillance de l’espace au départ, devienne un atout. Sur les conseils de mon tuteur, nous avions pensé à le transformer en présentoir à nouveautés mais cela allait à l’encontre des consignes de sécurité. Les parois ont par la suite pu servir de supports d’exposition à des travaux d’élèves.

 

L'escalier vu depuis l'entrée

 

  La réflexion qui subsiste concerne la salle de vie scolaire juste au dessus du CDI. Celle-ci pourrait être envisagée comme un lieu de transition entre 3C et vie scolaire mais aussi comme un autre lieu de travail pour les BTS de maroquinerie accueillis dès la rentrée 2015 dans l’établissement. Une perspective qui pourrait approfondir la dimension de Centre de Connaissances et de Culture que voudrait revêtir le CDI.

 

Une salle à exploiter

 

Un lieu à exporter

  Malgré sa place stratégique dans l’établissement, le CDI restait trop peu présent dans la vie de l’établissement et manquait de visibilité. Pour palier à ce manque, le numérique a été un bon outil, sur un laps de temps restreint d’une année, pour augmenter cette visibilité.

  Deux agrégateurs de ressources de type portails Netvibes (une interface élèves : http://www.netvibes.com/cdidesaix#Accueil et une interface professeurs : http://www.netvibes.com/claiflo#Francais-Lettres) ont été créés afin de faciliter les démarches de recherches documentaires, souvent faites de façon intuitives par tous les acteurs.

  Afin de communiquer sur les actions entreprises par l’établissement (sorties scolaires, manifestations, forums,…) un journal en ligne (via un blog Wordpress) a été mis en place, celui-ci étant accessible depuis la page d’accueil de l’ENT afin de rendre son accès facile à tous (https://lyceedesaix.wordpress.com/).

Le lien vers le journal en ligne depuis l’ENT

 

  Des affichages papiers dans tous les couloirs de l’établissement ont également permis de tenir les élèves au courant des nouveautés présentes au CDI, cette affichage ne pouvant se faire en ligne par manque de portail documentaire type E-sidoc.

  L’investissement du professeur-documentaliste dans les projets des plateaux professionnels a été un levier facilitateur de la visibilité du futur 3C. En effet, le professeur-documentaliste était encore trop considéré comme un partenaire seulement des enseignements généraux. La participation à des projets transdisciplinaires reste un atout de taille. Cette année, à la demande d’un professeur de maintenance, un projet alliant techniques professionnelles, savoirs de lettres et d’histoire mais également recherche documentaire ou encore compétences vidéo a été mis en place. Baptisé «projet fusée», l’idée était de réaliser dans les plateaux professionnels des fusées à propulsion à eau et d’étudier en parallèle la vision littéraire et historique de la conquête spatiale. Des diaporamas thématiques ont été réalisés au CDI et j’ai pu coordonner l’action d’un professionnel du montage vidéo intervenant dans l’établissement afin de réaliser un court-métrage documentaire d’une dizaine de minutes sur ce «projet fusée». Celui-ci s’est soldé par un voyage scolaire de deux jours à Toulouse dans les usines Airbus et à la Cité de l’Air et de l’Espace.

 

Etape de la construction d'une fusée à eau

 

Un lieu à dynamiser

  En lycée professionnel, la fréquentation du CDI et l’utilisation de ses services ne sont pas toujours spontanées ni naturelles. Il est nécessaire de questionner réellement quelles approches donner aux élèves et lesquelles seraient les plus bénéfiques à une hausse de fréquentation et d’utilisation. Rapidement, à la suite d’un questionnaire d’utilisation aux usagers, j’ai pu constater que les élèves ne considéraient pas le CDI comme uniquement un lieu de lecture mais souhaitaient en faire un lieu de culture, de partage, plus proche des missions d’un centre de connaissances et de culture.

  De ce fait, lorsqu’une AED, également artisan dans le cuir et créatrice de sacs, m’a proposée de monter et de co-animer un atelier cuir pour les élèves internes le mercredi après-midi au CDI, j’ai tout de suite adhéré au projet. L’idée était simple : faire du CDI un lieu de travail manuel tout en exploitant la possibilité d’y faire des recherches documentaires, des tutoriels de fabrication, etc. dans la mouvance des fab-labs actuels en bibliothèque.  Grâce à la collaboration des professeurs de maroquinerie (dons des chutes de cuir de l’atelier, prêt de planches de découpes et d’outils), l’atelier des «Durs à cuir» a rapidement pris de l’ampleur et la fréquentation n’a pas faibli.  Cet atelier a également trouvé un écho numérique par la création d’une page Facebook administrée par le professeur-documentaliste (https://www.facebook.com/profile.php?id=100005901795903) et où les participants peuvent déposer des photos de leurs créations ou des vidéos sur le cuir et ses techniques.

  Par ailleurs, j’ai constaté que le regard que portaient les élèves sur les rôles du CDI et du professeur-documentaliste, ainsi que la proximité des livres sur les rayons, ont permis de faire venir les jeunes dans l’univers du livre et de les familiariser au point que certains sont devenus des emprunteurs réguliers.

 

 


 

Une séance à l'atelier cuir

 

   Au final, beaucoup de perspectives peuvent être tracées et de nombreux projets ou changements peuvent encore être réfléchis, sans pour autant se départir des missions fixées d’emblée, pour mieux adapter le CDI et le professeur-documentaliste à leur public. En effet, pour les jeunes d’aujourd’hui, le changement est un élément de la vie quotidienne.





Du CDI au centre de connaissance et de culture

                             Collège J.B. DESFHILES de Bellenaves


            Les CDI évoluent progressivement vers les centres de connaissance et de culture, à l'image de certains learning center des pays anglophones, où l'élève, l'usager, est acteur de son apprentissage, véritable élément central.

            Le CDI du collège de Bellenaves a bénéficié d'une rénovation et tend à devenir lui aussi un centre de connaissance et de culture.

Situation géographique du CDI

            Le CDI se trouve au fond de la cour de récréation, à quelques pas de la salle d’études. La proximité avec cette dernière et la salle multimédia permet une complémentarité entre les espaces et les différents temps des élèves.

 

 

La porte de la salle d’étude face à la salle du CDI

 

Repenser les espaces

            Tout d'abord, il a fallu repenser la gestion  des espaces. En effet, le CDI disposait d'un espace encombré et assombri par de trop nombreuses étagères, disposées de manière à cloisonner la salle. La surveillance d'une partie du CDI étant devenue impossible. Et les élèves fréquentaient très peu (spontanément) ce lieu trop connoté « intellectuel ».

            Les espaces étaient peu harmonieux et les mobiliers vétustes (tables de travail et banquettes réparties dans divers endroits...). De plus, la surabondance d’étagères, de documents et d'informations, accumulés au fil des années (documents obsolètes, archives en rayon antérieures à l'année 2000) étaient très envahissants voire étouffants.

AVANT : PLACE AUX LIVRES… 

 



Les objectifs du réaménagement des espaces étaient les suivants :

-        Rénover, aérer, décloisonner et rendre plus accueillants les espaces ;

-        agrandir, désencombrer le CDI en déposant les 3/4 des étagères : FAIRE LA PLACE AUX ELEVES !


APRES : PLACE AUX ELEVES ! 

 

 

-        mettre l'élève au centre du CDI en valorisant les travaux grâce à des expositions ponctuelles, mais aussi grâce à des éléments de décors permanents créés par les élèves eux-mêmes.

 

 

Prix des Incorruptibles 6e, Carnets de Voyage 4e, Brigade d'intervention poétique

 

 

                     Travaux d'Arts plastiques


Repenser les activités

            La politique d'accueil est à retravailler en fonction de ces espaces, l'élève n'a plus un emploi du temps mais bien « des emplois des temps ». Selon les divers moments de la journée, l'élève est en effet amené à venir soit :

-        pour effectuer un travail sur table

-        pour procéder à des recherches personnelles ou bien dans le cadre d'une séance pédagogique encadrée par un professeur de discipline et le professeur documentaliste

-        pour des activités ponctuelles (Rdv pour le prix des Incorruptibles niveau 6: échanges et activités ludiques sur les lectures, à partir d'une pré-sélection, voter pour le prochain achat du CDI...

L’étude une heure peut regrouper plusieurs activités telles que faire des recherches, effectuer un travail seul ou en groupe, puis passer à une activité plus calme comme la lecture

Lors de son temps libre l'élève vient de plus en plus, il peut participer à un club. Les activités sont principalement la lecture et des jeux éducatifs disponibles sur Esidoc

 ( http://0030001k.esidoc.fr/  )

L'élève devient autonome et apprend à aménager ses activités en fonction des divers temps qui lui sont proposés.


Diversifier les ressources

 Aménagement du fonds

            Depuis sa rénovation en octobre 2014, environ 500 ouvrages ont été mis au pilon car obsolètes ou usés.

            La politique d'acquisition s’est diversifiée et repensée afin de redynamiser le fonds. Les ressources du centre de connaissance et de culture ne sont plus seulement papiers mais aussi, progressivement numériques. Grâce au portail documentaire Esidoc, accessible sur l'Ent (aussi bien au collège qu'à leur domicile), les élèves et professeurs peuvent rechercher les ressources nécessaires à leurs besoins (livres documentaires, sites internet pré-sélectionnés, expositions virtuelles...). ( http://0030001k.esidoc.fr/ )

            Le CDI est un réel lieu de vie, faisant le lien entre les différents temps et rythmes de tous. Il est non seulement un élément central de l'établissement scolaire, mais tend aussi à se dématérialiser afin que les élèves puissent accéder aux ressources et informations nécessaires depuis l'endroit souhaité. Le centre de connaissance et de culture n'est pas un modèle unique. Il reste encore du chemin à parcourir pour arriver à un modèle parfait, qui sera d’ailleurs toujours évolutif cependant l'évolution est en marche.

 

Manuela ATERO, Professeure documentaliste

du Collège JB DESFHILES de Bellenaves.





Le CDI du Lycée Anna Rodier de Moulins se renouvelle

 

dans les pas d’un CCC

 

Le CDI d’Anna Rodier, comme le veut sa vocation initiale, offre un accès à toutes les grandes classes du savoir édictées par John Dewey, mais en outre il diversifie les supports d’accès à ce savoir par son portail e-sidoc.  Ce portail donne non seulement accès aux ressources disponibles au CDI en les mettant en valeur et en réfléchissant ses choix par son carrousel des nouveautés, mais il permet également d’offrir aux élèves d’autres contenus culturels via la presse numérique, un bouquet de sites internet, sous l’égide bienveillante de notre veille documentaire. De plus notre portail ne nécessite aucun mot de passe ce qui permet à d’autres établissements de le consulter tout comme aux parents de nos élèves qui ont un espace dédié pour accéder à toutes nos ressources.

Nous mutualisons ainsi nos savoirs en mettant en lien un raccourci vers le portail du CDI de Saint-Benoît et celui de la médiathèque de Moulins et BNF-Gallica. Les élèves peuvent emprunter un ouvrage non présent chez nous auprès de ces partenaires. Toute l’équipe éducative peut également trouver dans notre portail un vaste panel de services comme les conférences de la BNF, l’offre culturelle régionale avec des pistes pédagogiques, la presse en ligne via nos abonnements, des sites sélectionnés sur la toile pour chaque section via Scoop It et bientôt nous mettrons en lien le MOOC en encourageant les adhésions gratuites de nos enseignants.

 

Ainsi, nous sommes de plain-pied avec le Centre de Connaissances en ne limitant pas le CDI à notre simple fonds documentaire.

Mais celui-ci passe également Centre Culturel en offrant des prétextes à se cultiver en dehors des cours et des devoirs scolaires. On y trouve, en effet, des bibliothèques de conférences en ligne, des bibliothèques pour enfants ou pour personnes non voyantes.

 

Notre CCC est donc accessible partout depuis l’intérieur et l’extérieur de l’établissement et disponible pour tous publics, mais il a également augmenté sa capacité d’accueil à quarante- quatre places et son temps d’ouverture, puisqu’il est ouvert toute la semaine. Durant les récréations incluses, temps plus informel, on peut susciter l’intérêt des élèves pour un projet comme celui intitulé  « Nos élèves ont du talent » où ce sont eux qui construisent leur exposition à partir de leur passion et la font visiter aux autres élèves en récréation. Celles-ci se complètent de questionnaires ou jeux-concours à la clé.

De plus le calendrier des animations, des séances pédagogiques du CCC est disponible en ligne via notre portail.

 

Enfin, notre pédagogie se veut dynamisante, c’est pourquoi nous sommes équipés d’un tableau interactif favorisant l’implication des élèves dans l’apprentissage en soutenant leur attention, ce qui facilite leur mémorisation... Il stimule l’activité réflexive des élèves puisqu’il participe d’une
co-construction du savoir avec l’enseignant.

 

Nous profitons également de l’Aide Personnalisée pour développer la créativité des élèves en fabriquant des produits culturels qui font le lien entre les deux cultures numériques et papier. Nous avons réalisé des cartes postales en pratiquant le logiciel Publisher, en réalisant des montages d’images et en pratiquant l’écrit épistolaire soutenu pour contrebalancer celle des textos.

Nous venons de réaliser un livre, plus exactement un herbier, auto- publié avec les élèves tout en respectant les obligations des droits d’auteurs, en responsabilisant les élèves par la déclaration de leur livre à la BNF, ce même livre participera au concours Carnet de Voyage 2014.

 

Toujours dans cette démarche de responsabilisation, le CCC s’est équipé du Webclasseur et les professeurs documentalistes forment les élèves à l’utilisation de cette plateforme collaborative d’orientation afin que l’élève construise son parcours et ses choix en lucidité, avec l’équipe éducative, en ayant conscience de tous ses atouts et de toutes ses richesses.

 

Cette pédagogie de projet veille toujours à valider les compétences info-documentaires concernées.

Le professeur documentaliste prenant acte de la reforme de l’école et de l’importance de la culture dans les apprentissages est devenu référent culturel.

 

Enfin notre CCC est conçu pour faire cohabiter un maximum d’activités différentes au sein du même espace (lecture plaisir, écriture, autoformation, formation par l’équipe éducative…)


Panoramiques du CDI rénové et repensé en CCC


Nouveau tableau interactif avec de nouvelles activités proposées aux élèves et aux enseignants :

Exemple d'atelier de culture britannique en accompagnement personnalisé sur les objets anglais.



Les élèves viennent travailler en autonomie, parfaire leur culture générale:

Par exemple, pratiquer des jeux pédagogiques sur tablette





Lire un grand nombre de choix de presse et de romans


Les élèves peuvent manifester leurs talents en exposant leurs travaux et passions par des expositions :

Réalisation d'un livre avec le professeur de français, le professeur documentaliste et les élèves de 1ère ST2S. Voici "Carré d'herbe" sur le thème d'un herbier conjointement traité par les élèves du collège St Benoit de Moulins.



Réalisation d'une bande dessinée sur la Route 66 avec les élèves de 1ère ASSP en collaboration avec leur professeur d'anglais et initiée par le professeur documentaliste.






Les professeurs documentalistes du lycée Anna Rodier. Moulins

 

Des espaces de vie et de travail pour un Parcours Citoyen


Réflexion conduite par le collège Albert Camus de Clermont-Ferrand.



Pour ouvrir le diaporama cliquer sur l'image ou ici.



 

 

Un aspect de la dimension culturelle des CDI/3C - Lycée Jean Monnet, Yzeure


Le Centre de documentation et d’information du lycée Jean Monnet d'Yzeure a ouvert en janvier 2014 un espace consacré à l'art contemporain. Cet EROA (Espace de rencontre avec l'œuvre d'art) participe à l’évolution des CDI en Centre de connaissances et de culture

 


L’EROA (Espace de Rencontre avec l’œuvre d’Art) du lycée Jean Monnet à Yzeure (Allier) a été inauguré le 23 janvier 2014. Il s’agit  du 1er EROA de l’académie installé dans un Centre de Documentation et d’Information. Le principe des EROA est né dans les années 1990 dans l'Académie de Lille notamment où un réseau original de galeries à vocation pédagogique s'est développé dans les EPLE.

Cet espace implanté au 1er étage du CDI s’inscrit dans la continuité de la politique d’ouverture artistique et  culturelle de l’établissement.

En raison de ses spécialités, le lycée a déjà un rapport privilégié à l’art, rapport qui s’appuie sur ses deux piliers l’Ecole nationale du verre et l’école supérieure de Design et d’arts appliqués d’Auvergne. Le lycée bénéficie également depuis 2010 du label « pôle culturel d’excellence » lequel se traduit par des  jumelages avec 5 institutions culturelles locales : Centre National du Costume de Scène, Musée Anne de Beaujeu, Musée de l’illustration Jeunesse, Ciné Bocage et CapCinéma. De plus, un partenariat actif existait depuis plusieurs années avec le FRAC Auvergne (Fonds régional d’art contemporain) grâce à l’opération « l’art au lycée ». C’est donc dans ce contexte qu’a vu le jour cet espace d’exposition.

Le  1er étage du CDI a été immédiatement pressenti comme lieu d’exposition, à la fois en raison de sa taille, de sa disposition et de son implantation au sein du lycée. Cet aménagement s’inscrit également dans l’évolution des CDI en Centre de connaissances et de culture. Grâce à l’implantation de l’EROA, nous tendons à développer la curiosité, l’esprit critique des élèves. Le contact direct avec les œuvres amène les élèves à réfléchir à la place qu’occupent les artistes dans le monde contemporain, à la démarche de création et à la pertinence de ces œuvres. Le questionnement suscité par ces œuvres va bien au-delà du domaine artistique et permet aux élèves d’appréhender tous les domaines de la culture humaniste. Introduire des œuvres artistiques dans un lycée a aussi pour but de donner l’envie à nos élèves de découvrir et de s’approprier d’autres lieux culturels, de leur montrer qu’ils ne sont pas réservés à une élite.

Les Centres de connaissances et de culture sont des lieux privilégiés pour l’accès à la culture sous toutes ses formes et notre projet est notamment d’ouvrir les élèves sur la pluralité du monde artistique en accueillant des expositions de tous types (photographies, peintures, dessins,  sculptures, vidéos, installations…). Cet espace est également un lieu ouvert sur l’extérieur, à la fois au public  scolaire proche - écoles primaires, collèges et lycées de l’agglomération - mais aussi au public local - parents d’élèves, habitants de la commune…





L’EROA est ouvert aux horaires d’ouverture du CDI et la 1ère exposition que nous accueillons, nous est prêtée par le FRAC Auvergne. Elle s’intitule La nuit pendant que vous dormez et propose des œuvres de Darren Almond, Roland Flexner, Cyprien Gaillard, Paolo Grassino,  Claude Lévêque, Georges Rousse et Xavier Zimmermann.  Cette exposition nous donne à découvrir la vision de ces artistes  sur la nuit, une nuit polymorphe que les artistes explorent et recomposent à leur façon.

Cette exposition a été conçue par le FRAC et soumise au comité de pilotage de l’EROA composé de 5 personnes : le chef d’établissement, la documentaliste aussi référente culture, 2 enseignants d’arts appliqués, 1 enseignant de lettres et 1 enseignant de philosophie. Ce comité détermine la programmation annuelle de l’EROA et assure la diffusion de l’information le concernant au sein du lycée ainsi qu’à l’extérieur. Un travail a notamment été fait avec le conseiller pédagogique en arts visuels  du 1er degré pour mettre en place des séances pédagogiques destinées aux classes de primaire et maternelle. Une diffusion des pistes pédagogiques établies par le FRAC est également relayée par le CDDP de l’Allier.



Professeurs documentalistes : Jocelyne Chassin et Lionel Roy

 

Evolution du CDI dans une approche 3C au Lycée Virlogeux  de Riom

 

Jacqueline BEGYN/Marie-Odile SCHNEIDER,  Documentalistes - décembre 2013

 

    



 En apparence le centre de documentation  et d’information n’a pas changé, et pourtant déjà sur les portes d’entrée on peut lire un nouveau logo «3C».



Le centre de documentation du Lycée Virlogeux est un bel espace de 300m2, lumineux,  de plain-pied, situé entre la salle d’étude, la vie scolaire, non loin de la salle des professeurs.  Il peut accueillir jusqu’à 60 élèves par heure. Attenants au CDI deux box sont  à la disposition des élèves  pour un travail personnel  ou de groupe. Conçu en 1992, il ne convient plus aujourd’hui à l’évolution des nouvelles façons d’apprendre et de travailler des élèves.

A partir de ce constat, les documentalistes ont proposé à l’équipe de direction et à l’équipe vie scolaire de définir  de façon collégiale une nouvelle politique documentaire et d’entamer un processus de  changement du CDI en 3C, en cohérence avec  l’expérimentation des 3C dans l’Académie de Clermont-Ferrand.   Un groupe de pilotage, comprenant des professeurs de différentes disciplines, l’équipe de direction, de la vie scolaire et les documentalistes, a été réuni  pour réfléchir à des axes de transformation du CDI en  3C afin d’optimiser le temps de travail des élèves dans le temps scolaire.

Parallèlement,  une enquête a   été lancée auprès des élèves et des professeurs pour connaître leur conception  et la place d’un 3C dans le lycée et évaluer leurs besoins actuels.  Cette enquête est en cours de dépouillement.

Un projet d’aménagement intérieur du 3C a été présenté au Conseil d’administration : Installer des claustras pour différencier l’espace lecture, le travail personnel, la recherche d’information, mettre en valeur les ouvrages de littérature étrangères, de langues anciennes, de littérature jeunesse...          

Un projet d’une nouvelle  disposition des postes informatiques a été soumis au Conseil Régional, en vue d’un financement.  


Ce projet permettrait de déconcentrer et mieux répartir les ordinateurs dans la configuration du 3C.                                                                                                                                  

Dans un premier temps une restructuration interne au CDI a été effectuée : les bureaux des documentalistes ont été rapprochés, mis côte à côte, ce qui a permis d’optimiser la communication entre elles  de dégager et d’agrandir l’espace lecture, très apprécié des élèves.                                             

 Deux salles communicantes,  jouxtant le CDI ont été attribuées au 3C.   Le laboratoire de langue, est devenu salle informatique du 3C ;  la salle de cours, est devenue salle de travail du 3C. Ces deux salles sont gérées par les documentalistes, ouvertes sous la responsabilité des professeurs ou des documentalistes Elles sont utilisées régulièrement pour les TPE, l’ECJS, HIDA, et tout autre travail de groupe. Cela  optimise l’accueil des élèves,  laisse plus de  liberté  dans  l’espace 3C et évite les « parasitages » entre les différents groupes.

Le 3C est ouvert de 8h à 18h les lundis, mardis, jeudis et vendredis et le mercredi de 9h à 16h.       Depuis novembre 2013, sous l’impulsion des CPE,  il est ouvert aux élèves internes le soir 18h à 19h pour les élèves  de seconde  et de 20h à 21h pour les élèves de première et de terminale, sous la surveillance d’un assistant d’éducation.

En perspective,   une charte de vie sera proposée et discutée au sein du CVL, charte qui permettrait de réguler l’autonomie et la responsabilité des élèves dans les différents espaces  et de faciliter l’éducation aux médias et à l’information par les documentalistes.

SI les transformations ne sont pas visibles à première vue, elles résident néanmoins dans un processus de changement initié par des acteurs convaincus et motivés par l’accueil très positif  du 3C au sein de la communauté éducative.






 

 

 

Un CDI adapté pour la réussite des élèves…

 

le premier pas d’un petit collège rural vers le 3C

 




A la lecture des textes officiels ou d’articles présentant les 3C inspirés des learning center, j’ai été interloquée, dubitative sur une telle mise en œuvre : allions-nous soudainement demander aux conseils généraux d’abattre des cloisons pour agrandir les espaces ? Supprimer les salles de permanence ? Accueillir tous les élèves en étude ? Quid de notre mission pédagogique ? 

L’IA-IPR EVS venue m’inspecter m’apprenait que les évolutions que j’avais conduites au CDI - dans lequel je travaille depuis 10 ans - constituaient une avancée vers le Centre de Connaissances et de Culture ! Même si l’architecture est ce qu’elle est et restera (salle d’étude éloignée,…) et même si les services apportés sont encore en nécessaire évolution.

 

Mon travail et la réflexion menés sur mes pratiques n’a bien sûr pas vocation à être reproduit ni à servir d’exemple  mais simplement à montrer des spécificités enrichissant la réflexion de chacun

Outre mon travail pédagogique régulier en direction des classes, selon un parcours de formation (incluant le numérique et l’orientation) mais aussi selon les projets et besoins des enseignants et classes, j’ai apporté quelques plus à ce CDI, dans le cadre d’une politique info-documentaire :

Lorsque je suis arrivée au collège Jules Verne du Mayet de Montagne il y a 11 ans, le CDI était laissé à l’abandon : l’espace orientation débordait de flyers périmés, le courrier non trié se cachait un peu partout dans les placards (!), les rayons regorgeaient de « vieilleries », le fonds n’était pas entièrement catalogué…

 

 

·         Un nouvel espace de lecture :

 

Lorsque je suis arrivée, le CDI était composé d’une ancienne salle de classe et d’une petite salle de travail. Cette dernière n’était que peu voire pas du tout utilisée : il est difficile en collège de laisser des élèves travailler sans surveillance ; de plus cette salle sans outils documentaires favorisait des allers-retours incessants.

 

A l’été 2008, le conseil général a abattu une cloison la séparant du CDI ; ainsi un véritable coin lecture « cocoon » a pu être mis en place :

 

* Tous les différents genres de fiction y sont désormais rangés : un grand linéaire pour les romans, une étagère pour le théâtre, les contes et la poésie (auparavant cotés en 800 !), les BD  et la création d’un fonds d’albums et de mangas (tous deux inexistants à mon arrivée)

* Manquant de place pour ranger au fur et à mesure des achats, j’ai l’an dernier sorti certaines fictions des rayons. Je les ai regroupées dans des caisses  selon leur thème ou genre : par  exemple il y a une caisse « romans épistolaires », une caisse « nouvelles », deux caisses autour de « l’autobiographie », deux caisses sur les fictions autour de « l’Antiquité », une caisse sur les fictions autour « des deux guerres mondiales », une caisse autour des problèmes de santé, une caisse de fiction intergénérationnelle.

 Sur la première  de couverture le symbole correspondant au thème est collé (parfois deux : certaines autobiographies prennent place durant la Seconde Guerre Mondiale) les élèves sont très réceptifs  à ce système et adorent fouiller dans les caisses ; conséquence inattendue : des fictions poussiéreuses ont retrouvées les mains des lecteurs !

* Pour permettre aux élèves d’être à l’aise en plus des fauteuils, j’ai fait acheter des coussins de sol. Modulables, ils permettent aux élèves de s’installer comme ils le souhaitent.

* Sur la table centrale du coin lecture qui sert également de kiosque à périodiques, je présente régulièrement des livres ayant un rapport avec des grandes animations nationales (par exemple la semaine du goût) ou en rapport avec les projets animant l’établissement (l’an dernier au mois d’Avril en lien avec la semaine du développement durable)

 

  • Un accès repensé aux ressources :

 

Un accès à des ressources numériques

 

Sur le site du collège, le CDI a toute sa place. Cela permet de mettre en ligne des fiches pédagogiques et de valoriser des travaux d’élèves. Une rubrique « Coup de coeur du mois » a été mise en place et devrait être développée en encourageant la rédaction des critiques de livres par les élèves eux-mêmes. On peut également y consulter la base documentaire du CDI.  Je vais maintenant exploiter l’ENT afin d’y intégrer ces ressources et d’utiliser les « groupe collaboratif »

Les postes informatiques destinés aux élèves dans le CDI ont été entièrement renouvelés en juin 2012.  

 

Un classement par centres d’intérêt pour les documentaires

 

Ma première réflexion a porté sur la remise à plat du classement des documentaires.

 

            En cataloguant ce fonds sur BCDI je me suis rendue compte que des indices Dewey flirtaient avec des indices CDU à rallonge et surtout que les élèves (comme moi !) avaient beaucoup de mal à s’y retrouver : les documentaires historiques n’étaient pas rangés forcément dans l’ordre chronologique ; le problème de la drogue ne trouvait pas sa place dans les problèmes liés au corps humain mais plutôt dans la technique ! Les documentaires sur la Rome antique n’étaient pas rangés avec ceux concernant la mythologie …

 

Après avoir fait des recherches en bibliothèque et sur Internet, j’ai contacté par mail le responsable de la section jeunesse de la bibliothèque de Pontoise. Cette bibliothèque utilise un plan de classement par intérêt ; je me suis très largement inspirée de ce plan pour reclasser les documentaires du CDI.

 

A des indices simples constitués de 3 chiffres une couleur et un symbole sont apposés sur la tranche des livres ; ainsi tous les livres d’un même thème d’un même sujet sont regroupés au même endroit avec une même couleur et un même symbole (par exemple pour l’Afrique une tête de lion sur fond jaune,...) Il est alors très simple pour les élèves de s’y retrouver d’autant que les divers thèmes recoupent pratiquement les disciplines scolaires. 

Ce plan de classement est évolutif et tous les indices ne sont pas attribués à un thème donc de nouveaux sujets peuvent être facilement intégrés. Par exemple, l’infirmière du collège forme tous nos élèves de 4ème au PSC1 j’ai donc intégré un nouvel indice pour les livres sur ce thème  dans « l’homme et son corps » sous thème « éducation/santé ».

 

Des horaires larges et des prêts élargis pour un usage optimum 

 

En mon absence le mercredi matin un assistant d’éducation accueille les membres de la communauté éducative au CDI.

 

Depuis cinq années, j’organise fin juin un « prêt été » : chaque été, un prêt « vacances » a été initié : chaque élève peut emprunter 10 ouvrages (romans, documentaires, BD…) pendant les vacances scolaires. Ce type d’opération paraît important du fait de l’isolement de certains élèves pendant les vacances : beaucoup n’ont pas accès aux lieux du livre. Le bilan est  très  satisfaisant (en forte progression par rapport à l’an dernier): presque 308 prêts pour 56 emprunteurs. C'est une opération à renouveler l'an prochain.

 

  • Le CDI « un lieu qui bouge » :

 

Pour moi le CDI est un lieu vivant où il se passe sans cesse quelque chose. Du fait de notre isolement géographique (25 km de Vichy pour le collège et bien plus pour certains élèves) le CDI est le seul lieu « culturel » que peuvent fréquenter les élèves. Il faut donc susciter l’envie et la curiosité sans cesse :

 

* Par la venue d’expositions : grâce au réseau de la BDP ou d’associations je fais venir régulièrement des expositions sur des thèmes divers (les mots de la gourmandise, les mangas, les abeilles…)

 

* J’organise des mini-concours par exemple sur la semaine du goût

 

* J’anime des clubs pour aborder la culture et les livres autrement : le club « détourn’pages » est un club de loisir créatif à partir de vieux livres ; les élèves créent des objets de décoration c’est souvent l’occasion de belles découvertes, de conversations enrichissantes pour tous, un moment à part, une belle parenthèse dans la journée chargée de nos élèves ; plus classiquement un club manga, un club lecture et un club « culture générale » se réunissent également au CDI.

 

* J’organise et accompagne des sorties culturelles diverses.

 

*Par ailleurs des liens ont été créées avec les associations locales, le journal « La montagne », les librairies, les offices de tourisme…….

 

 

C’est un travail de longue haleine (plus de 10 ans), de réflexions communes dans un seul but que les élèves viennent dans ce Centre de Connaissances et de Culture et s’enrichissent, et que ce lieu si particulier favorise leur réussite scolaire et leur épanouissement personnel.





 

 

Melle Decroix Nadège

Professeur-documentaliste (officiellement) bibliothécaire (officieusement) passeuse de livres et de culture (heureusement ! et joyeusement !)

Collège Jules Verne 03250 le Mayet de Montagne