Documentation > Pédagogie > Repenser les espaces documentaires > Du CDI au tiers-lieu > Expériences menées en établissements

Expériences menées en établissements

Makerspace “La Machinerie d’Alex”: du CDI au tiers-lieu pour faire évoluer les usages info-documentaires

Le Collège Alexandre Varenne est un petit établissement installé sur un territoire rural en difficulté, de par sa situation enclavée et les difficultés locales d’accès à l’emploi.

Des enseignants du collège ont décidé de créer à la rentrée 2015 un club autour de l'informatique et des technologies, le Club Geek, qui rassemblait une vingtaine d'élèves de tous niveaux pour développer leur curiosité vis-à-vis du numérique. Devant le succès du club qui se tenait au CDI, l’équipe a souhaité généraliser le concept à l'établissement en créant le makerspace « La Machinerie d'Alex », lieu de création, fabrication, réparation où chacun pourrait imaginer et mener à bien un projet en ayant accès à du matériel et aux compétences d’autrui dans un espace dédié. Au fil du projet, il est apparu que le makerspace avait un fort potentiel attractif auprès des élèves en difficulté scolaire, mais aussi qu'il pouvait être un moyen d'impliquer les parents et familles, difficiles à mobiliser dans le cadre du collège.

 

Le makerspace est installé dans le CDI de l'établissement. Il est équipé de machines à commande numérique (imprimantes 3D, découpe laser), de kits de prototypage électronique, de robots programmables et de divers outils de bricolage. Il est accessible lors du Club Geek sur les récréations de midi, ainsi que pendant les heures de cours lorsque des projets sont menés en classe.

Un rayonnage est dédié aux ressources du makerspace, proposant des ouvrages sur la programmation, les machines à commande numérique, l'électronique ou encore la fabrication d'objets issus de matériaux de récupération. Les élèves utilisent ce fonds pour résoudre les problèmes rencontrés lors de la réalisation de projets, établissant un lien direct entre leurs besoins et l'intérêt de la documentation.

 L'ouverture au public se fait un mercredi par mois, encadrée par la professeure-documentaliste et un personnel en service civique. Deux professeurs sont en charge du pilotage du projet.

 


L'idée d'intégrer le makerspace au sein du CDI est venue de l'observation de la mutation des bibliothèques de lecture publique à travers le monde, qui commencent à développer des espaces de prototypage et de fabrication. Tout au long de leur histoire, les centres de ressources ont su évoluer en fonction des changements de la société, en rendant accessibles aux publics de nouveaux supports et technologies innovantes. Le CDI du collège, grâce à son makerspace, met en œuvre un partage des connaissances multidirectionnel, où l'usager.e  recherche et génère tour à tour des ressources en fonction de ses besoins et de ceux de la communauté. L'accès des personnes extérieures au makerspace est également un critère d'enrichissement des échanges et de décloisonnement entre l'école et son territoire.

La philosophie même des tiers-lieux implique un changement dans les modes de transmission et les postures du professeur. L'enseignant devient « facilitateur » et accompagne l'élève dans son parcours, de l'élaboration à la finalisation du projet. Les activités ne se réalisent plus selon une progression fixée par le professeur, et l'élève reste libre de choisir sa stratégie et de la modifier si nécessaire.

Grâce à la documentation des projets qui deviennent alors diffusables hors établissement, l'élève s'initie au principe de bien commun et de partage des connaissances entre pairs.

La mise en place d’une offre de formation optionnelle de Fabrication Numérique est également un moyen d'ouvrir les élèves à la volonté de collaboration et de partage qui anime les makers à travers le monde. Plus qu'une option technique, son ambition est aussi de former à la citoyenneté numérique.

Les compétences acquises au cours des projets sont certifiées par des Open Badges, un système innovant de reconnaissance ouverte des expériences et compétences.

2 heures par semaine en co-enseignement sont consacrées à cette option créée à la rentrée 2018.

24 heures sur l'année sont mobilisées pour les enseignants encadrant le Club Geek.

Les autres projets sont menés dans le cadre des cours, notamment en EPI et lors des AP. La Fondation de France a subventionné le projet en 2018 via l'appel à projet « Aidons tous les collégiens à réussir ».

La CARDIE de l'Académie de Clermont-Ferrand soutient le projet depuis septembre 2016.

Le projet a obtenu en 2019 une reconnaissance nationale en gagnant le Prix National de l’innovation dans la catégorie “lutte contre les inégalités”.

 

Le makerspace, La Machinerie d'Alex, fait aujourd'hui partie intégrante de l'identité de l'établissement et en renvoie une image positive aux élèves et à leurs familles de par les actions solidaires qui y sont menées et les liens créés avec l'extérieur. Nous avons constaté au fil des années un investissement enthousiaste d'élèves en échec scolaire, qui ont su redonner du sens à leurs apprentissages et pris plaisir à conduire leurs projets. Les filles sont aussi chaque année plus nombreuses à participer au Club Geek, d’ailleurs les membres sont aujourd'hui à parité.

 

La présence du makerspace au CDI provoque une véritable porosité entre les différents publics et permet de réconcilier dans l'esprit des élèves les apprentissages théoriques et pratiques. La transformation du CDI en tiers-lieu favorise l'accès aux livres en attirant de nouveaux publics et développant de nouveaux modes de médiation des ressources. Les aménagements imposés par ces transformations doivent se traduire par un équilibre entre les espaces collaboratifs et ceux favorisant la lecture et la concentration. La diversité des services proposés encourage ainsi des temps de fréquentation plus longs et par conséquent une diversification des activités culturelles pour l'usager.

 

 

Lien vers la page Facebook de La Machinerie d’Alex

Lien vers l'article de La Montagne

Expérimentation du Collège Alexandre Varenne – Saint-Eloy-Les-Mines Certification par Open Badges

Les Open Badges sont des fichiers numériques représentant visuellement un apprentissage ou un accomplissement. Les métadonnées contenues dans le badge permettent d’en détailler le contenu.

Des Open Badges, pour quoi faire ?

Motiver l'élève dans son parcours en ajoutant de la valeur à ses apprentissages.
Reconnaître les accomplissements formels et informels.
Certifier l'acquisition de connaissances et d'apprentissages tout au long de la vie.

 Mise en œuvre

Certaines compétences, options et activités sont l'occasion d'attribuer des Open Badges aux élèves :

L'option Fabrication & Numérique
Les clubs
Les activités périscolaires (organisations d'actions…)
La participation aux instances de l'établissement
Les élèves reçoivent une notification par email pour pouvoir récupérer leurs badges.

Ils peuvent télécharger leurs différents badges, mais aussi les stocker sur différentes applications dédiées, dites « cartables numériques.

Les Open Badges sont conservables et utilisables sans limite de temps par les bénéficiaires. Ils pourront être utilisés par exemple lors de candidatures pour un établissement scolaire, un emploi ou encore un apprentissage.

Plateformes utilisées : Open Badge Factory (création/émission) – Open Badge Passport (stockage, gestion personnelle, réseau)