Stratégie numérique

18.09.2015

Le comité de pilotage du « Lycée tout numérique » (LTN) s’est déroulé le 17 septembre au conseil régional d’Auvergne. Les 5 lycées sélectionnés ont présenté leur projet devant Dominique Bru, vice-présidente du conseil régional, et le recteur Marie-Danièle Campion.

Le projet « Lycée tout numérique » souligne à la fois l’ambition numérique partagée par la région Auvergne et le rectorat de Clermont-Ferrand et l’excellente collaboration entre leurs services respectifs pour innover et aider les jeunes à construire leur identité au sein de la société numérique.

Trois établissements (lycée professionnel Amédée Gasquet de Clermont-Ferrand, lycée Murat d’Issoire, lycée agricole de Neuvy) vont ainsi bénéficier en septembre 2016 de technologies de pointe afin de mieux rentrer dans l’ère du numérique. Ils seront suivis de deux autres, en septembre 2017 (lycées Jean Monnet d’Yzeure et Monnet Mermoz d’Aurillac).

Et ce n’est que la première vague d’un projet qui, à terme, marquera la volonté des territoires d’Auvergne de généraliser les innovations profitables à tous les jeunes, en refusant les prétendues fatalités territoriales.

Des services académiques impliqués dès l’amorce du projet

Que ce soit sur le versant technique ou pédagogique, les équipes de la direction des systèmes d’information (DSI) et de la délégation académique au numérique éducatif (Dane), épaulées par les inspecteurs de toutes les disciplines, se sont mobilisées pour accompagner la collectivité : rédaction de l’appel à candidatures, définition de critères d’évaluation, assistance aux équipes d’établissement, choix des dossiers parmi les 13 candidatures.

L’académie va maintenant développer un plan de formation des équipes éducatives pour leur permettre de tirer tout le profit possible de ces nouvelles ressources pédagogiques. Cette formation sera simultanément fonctionnelle, en s’ancrant de manière opérationnelle dans les caractéristiques propres de chacun des établissements, et stratégique, en prenant en compte les ambitions portées par la future loi de transition numérique.
Le soutien de l’université, et au tout premier rang de l’Espé, de Canopé, mais aussi des entreprises innovantes qui fleurissent en Auvergne et dont bon nombre affichent une volonté de s’impliquer dans la formation numérique des jeunes, sera sollicité.

Faire confiance aux jeunes

La nature même du projet impose d’y réserver une place majeure à ceux qui en seront les acteurs premiers, à savoir les lycéens eux-mêmes. Si bien des comportements et des stratégies d’apprentissage restent à inventer grâce au numérique, il faut faire confiance aux jeunes pour contribuer largement à cette créativité. L’accès instantané à l’information, l’impact considérable des réseaux sociaux, les stratégies collaboratives sont autant de domaines plus familiers pour les lycéens que pour bon nombre de leurs professeurs. Ainsi, les équipes chargées de la vie scolaire et les conseils des délégués pour la vie lycéenne seront régulièrement sollicités.

LTN a d’ores et déjà retenu l’attention du ministère de l’Education nationale et rejoindra dans le cercle des incubateurs académiques le dispositif de l’école éloignée en réseau.


Contact :
Délégation académique au numérique éducatif