Collégiens contre le harcèlement

04.06.2019

Une journée de sensibilisation a réuni des collégiens volontaires de Courpière, La-Monnerie-Le-Montel, Lezoux, Puy-Guillaume et Thiers au collège de La Monnerie le 17 mai. 4 à 6 élèves de chaque collège se sont retrouvés pour réfléchir et proposer des projets de lutte contre le harcèlement en milieu scolaire.

Le matin, ils ont échangé en petits groupes avant de mettre en commun leurs réflexions sur la thématique du harcèlement, aidés par des membres du groupe de formateurs académiques mobilisés pour l’occasion.

Des vidéos ont servi de support aux débats entre les élèves, visiblement investis dans la mission qui sera, de retour dans leur établissement, de mettre en place des projets de sensibilisation de leurs camarades de collège et des écoles primaires du bassin, avec l’aide des conseillers principaux d’éducation qui les accompagnent.

L’après-midi a été consacrée à un atelier de théâtre-forum proposé par des élèves du groupe théâtre du collège animé par Florence Pompier, enseignante de français. L’interaction présentée à travers les échanges, suite aux différentes scénettes, a permis au public de prendre part activement à la réécriture des scénarios proposés. Les plus courageux ont pu à leur tour jouer les apprentis comédiens et nous proposer de nouvelles versions de situations impliquant notamment des faits de harcèlement.

Intervenir « dans la vraie vie »

Le théâtre forum est une forme théâtrale participative. Il s’agit pour le public d’intervenir dans des saynètes présentant une forme de discrimination. L’objectif est d’amener le public à s’interroger sur le rôle de chacun dans une situation conflictuelle, afin d’envisager une possible intervention « dans la vraie vie ».

En pratique, les élèves de l’atelier théâtre se répartissent en petits groupes de 4 ou 5. Ils déterminent une forme de discrimination sur laquelle ils souhaitent travailler : à titre d’exemple, cette année, ils ont abordé le racisme, l’homophobie, le sexisme, le harcèlement et le rejet du handicap.

Chaque groupe passe ensuite plusieurs séances à élaborer un scenario, qui passe par des séances d’improvisation. Les autres membres du groupe sont sollicités pour voir si ça fonctionne, pour améliorer éventuellement un passage. La plupart du temps, les élèves rédigent un texte qui présente le dialogue.

Lorsque les scenarii sont écrits, place à la préparation de l’improvisation. En effet, lors de la présentation du théâtre forum, le public étant amené à participer, les acteurs doivent être capables de rebondir sur les propositions du public. Pendant cette étape, il est important que les acteurs comprennent qu’ils ont un rôle éducatif et qu’ils doivent s’adapter, ne pas effrayer le public qui prend déjà le risque de monter sur scène, ne pas réagir d’une façon incohérente avec leur personnage. Ils doivent trouver un juste équilibre : ne pas s’obstiner dans une position intenable et ne pas lâcher trop tôt.

Lors des représentations, l’atelier théâtre joues pour les élèves de 6e du collège et pour les CM2 du secteur, ou pour des plus jeunes lors de journées de rassemblement.

Chaque saynète est présentée successivement au public, en 3 temps :

  • la saynète est jouée.
  • un adulte échange avec le public. Cette étape est essentielle pour nommer ce qui ne va pas, repérer les mots ou les gestes choquants, envisager d’autres façons de faire.
  • la saynète est rejouée, mais cette fois, le public est invité à taper dans ses mains pour demander une interruption. Aussitôt, les acteurs s’arrêtent, l’adulte intervient pour faire venir sur scène quelqu’un du public. Un acteur sort de scène (ou bien il peut arriver qu’un personnage se rajoute) et l’adulte relance l’action. Dans cette étape, l’adulte va être amené à intervenir quand la situation s’embourbe ou s’envenime. Souvent, les élèves ne parviennent pas à sortir du conflit et il faut leur suggérer soit d’aller vers un adulte responsable, soit de chercher une sortie. Le conflit n’est pas à fuir, mais il faut parfois accepter qu’une personne raciste ne va pas cesser de l’être simplement parce qu’on lui aura expliqué que ce n’est pas bien. Dans ce cas, il vaut mieux se recentrer sur autre chose : aider la personne victime, la soutenir, l’accompagner, par exemple.


À l’occasion de la cérémonie de remise des prix aux lauréats 2019 du concours « Non au harcèlement ! », le 3 juin, Jean-Michel Blanquer a présenté les 10 nouvelles mesures pour lutter contre le harcèlement entre élèves.

Le coup de cœur académique du concours « Non au harcèlement ! » a été décerné au collège de la Comté Henri Bertrand de Vic-le-Comte pour sa vidéo.

 
Vous avez une question ?
Ma demande école inclusive

DIRECTION DES SERVICES DEPARTEMENTAUX DE L'EDUCATION NATIONALE

carte de l'auvergne lien vers DSDEN Allier lien vers DSDEN Puy-de-Dôme lien vers DSDEN Haute-Loire lien vers DSDEN Cantal
Plan mercredi : une ambition éducative pour tous les enfants
La malette des parents - Accompagner ensemble les enfants vers la réussite
Bouquet de services