« Bleu, blanc, rouge… »

16.09.2015

Bleu, blanc, rouge… - Photo Benjamin Gouveia

En 2015, la Mission du Centenaire de la première guerre mondiale a lancé un appel à projet invitant les classes de collèges et de lycées à produire une photographie symbolisant, cent ans après, le conflit et ses traces mémorielles.

Ce projet, « La photo du centenaire », a reçu le soutien du ministère de l’éducation nationale, de la fondation Alexandre Varenne et du festival du film de Compiègne.

Le lycée des métiers Pierre Joël Bonté de Riom a vu sa production sélectionnée par l’académie afin d’être exposée au festival du film de Compiègne en novembre 2015. Il s’agit d’une photographie de Benjamin Gouveia, élève de terminale bac pro gros œuvre, qui s’intitule « Bleu, blanc, rouge… ». Elle a été prise dans le carré militaire du cimetière de Riom ; on distingue à droite le monument de l’ARAC « Aux victimes innocentes des conseils de guerre ».

Cette prise de vue fait partie d’une série de 15 réalisée dans le cadre d’un projet photographique de mémoire auquel a participé une classe de terminale bac pro gros œuvre/travaux publics du lycée en 2014-2015. Cette série a d’ailleurs obtenu la 2e place du concours national de photographies organisé par la fédération photographique de France en 2014-2015.

Utilisé à la manière du photographe anglais Slinkachu, ce petit soldat de plomb se veut la représentation de tous ces soldats, citoyens, individus, partis vers leur destin qui se trouvait être la guerre entre 1914 et 1918.

Petits et anonymes, comme ce personnage de plomb, ils ont vécu leurs expériences individuelles du conflit et se sont retrouvés face à la dimension collective de la guerre. Certains, les malchanceux ou les plus hardis, ont laissé leur nom sur la pierre quittant ainsi l’anonymat. Tous, consciemment ou non, ont apporté le souvenir de leur expérience de ce conflit pour construire ces édifices publics de mémoire. Ces monuments aux morts en portent la trace et le souvenir.

Expériences et souvenirs différents qui sont devenus des mémoires différentes dont la représentation architecturale peut être très diversifiée dans une même ville. C’est notamment le cas à Riom.

C’est en intégrant cette diversité que la République et la Nation ont pu vaincre et sortir, tant bien que mal, de cette terrible épreuve.

Contact :
Eddy Oziol, professeur d’histoire géographie au lycée des métiers sciences et techniques de l’habitat et des travaux publics Pierre Joël Bonté de Riom

 
Vous avez une question ?

DIRECTION DES SERVICES DEPARTEMENTAUX DE L'EDUCATION NATIONALE

carte de l'auvergne lien vers DSDEN Allier lien vers DSDEN Puy-de-Dôme lien vers DSDEN Haute-Loire lien vers DSDEN Cantal
Plan mercredi : une ambition éducative pour tous les enfants
La malette des parents - Accompagner ensemble les enfants vers la réussite
Bouquet de services