Ambassadeurs lycéens contre le harcèlement

23.01.2018

Le 23 janvier, 130 lycéens et lycéennes de toute l’académie ont participé à Clermont-Ferrand à la 3e édition de la formation des « Ambassadeurs lycéens contre le harcèlement ».

Ces élèves, de 27 lycées et, à titre expérimental, du collège Mortaix de Pont-du-Château, étaient accompagnés d’enseignants, de CPE, d’assistants d’éducation, représentant au total 45 adultes engagés à leurs côtés.

L’objectif de la formation est de permettre aux jeunes de sensibiliser leurs pairs : d’une part en les sensibilisant à ce qu’est le harcèlement et, d’autre part, en les outillant pour qu’ils montent des projets de prévention en direction de leurs camarades ou d’autres élèves des collèges ou écoles proches de leur lycée. Une enquête nationale (Unicef et l'Observatoire international de la violence à l'école) de 2015 révèle que plus de 700 600 élèves sont harcelés.

A l'école, 5 % des élèves de CE2, CM1 et CM2 sont victimes de harcèlement sévère. Si l'on considère le harcèlement modéré à sévère, ce chiffre monte à 12 % des écoliers.

Au collège, 7 % des collégiens subissent du harcèlement sévère. Si l'on inclut le harcèlement modéré, cela concerne 10 % des collégiens, soit 332 000 élèves.

En revanche, le harcèlement diminue fortement au lycée : de 1,3% de harcèlement sévère, à 3,4 % de harcèlement modéré.

Partant de ce constat, pour que le harcèlement scolaire diminue, il est indispensable de mieux le faire connaître, ainsi que ses conséquences qui sont graves, parfois dramatiques. L’implication de toute la communauté éducative étant indispensable, cela sous-entend aussi que les élèves doivent être partie prenante. Il s’agit d’une démarche systémique qui repose essentiellement sur une approche par le climat scolaire.

Cette 3e formation à destination des élèves est le fruit d’un travail collaboratif interministériel qui a été mené entre les personnels de l’éducation nationale1 et les policiers formateurs2 anti-drogue de la Police nationale (PFAD3).
La formation a été pensée de manière interactive, sous forme d’ateliers, puis de restitution séance en plénière, de façon à pouvoir impliquer le plus possible les jeunes ambassadeurs dans une réflexion sur ce sujet.

5 ateliers, animés conjointement par un personnel de l’éducation nationale et un formateur de la police, ont permis de travailler avec les lycéens sur les idées reçues et les compétences psychosociales :

  • 1/ Définition du harcèlement et du cyber harcèlement
  • 2/ Les auteurs / les témoins
  • 3/ La victime
  • 4/ La loi
  • 5/ La prévention

Depuis trois ans, ce sont plus de 300 lycéens engagés qui ont été sensibilisés, formés et qui pourront être désormais considérés comme « acteurs de prévention » auprès de leurs camarades, mais aussi auprès de toute la communauté éducative.

En savoir plus

_____________________________________________
1 Muriel Tokarski, déléguée académique à la vie lycéenne, Mickaël Dewaele, chargé de mission à la délégation académique au numérique éducatif, Aurélien Varenne, professeur de lettres au lycée Murat à Issoire, Laurence Kleinclaus, CPE au collège Marcel Bony de Murat le Quaire, Sandra Chaubard, CPE et aide IPR Vie Scolaire.
2 Daniel Pezeron, Alexia Drouhot, Pascal Deguin, Marial Devineaux, Vincent Portal, Stéphanie Racher (PFAD) et Elsa Canal (psychologue).
3 Les policiers formateurs anti-drogue sont, depuis 1984, des acteurs majeurs du dispositif de prévention des conduites addictives ou dangereuses. Initialement prévus pour la formation des policiers, les PFAD ont vu leurs missions s'élargir à l'information du public mais surtout de prévention en milieu scolaire en matière de drogues, de violences, de dopage et conduites dopantes, et enfin des dangers liés à l'utilisation d'Internet. Depuis 2008, la formation des PFAD a évolué pour inclure désormais un volet spécifique sur les compétences psycho-sociales de leur auditoire.