Ateliers

Les intervenants

Annie Ballarin, IA-IPR établissements et vie scolaire

Bérangère GossartNicole Pavoni (référente CLEMI) et Yvan Font,
délégation académique au numérique éducatif (DANE)
> pôle de compétences éducation aux médias et à l’information (EMI)

Pour tous les participants inscrits à cette journée, toutes les ressources(supports, liens...) à disposition sur l'ENT Auvergne
https://entauvergne.fr/

(Accès avec identification)

Plus d'informations

 

EMI et citoyenneté numérique

En quoi l’éducation aux médias et à l'information peut aider l'élève à construire sa citoyenneté numérique ?

« Hyperconnexion », réseaux sociaux, identité numérique. Comment accompagner les élèves à développer un comportement, des compétences et une culture numérique éclairés ?

l'atelier en images

Image de l'atelier EMI et citoyenneté numérique

> Annie Ballarin, Bérangère Gossart, Nicole Pavoni et Yvan Font ont animé l'atelier de l'après-midi

Rappel du cadre général de l’EMI autour des directives ministérielles

Ces directives convergent autour de l’EMI et du parcours citoyen. Elles répondent aux pratiques numériques des élèves, renforcent les valeurs de la République et impliquent tous les acteurs 

quelques notions à aborder dans le cadre d'une action d'EMI
  • Quelle posture éducative adopter pour une EMI émancipatrice contributrice au parcours citoyen ?         
  • Comment responsabiliser de façon constructive les élèves face aux risques liés au numérique ?        
  • Comment favoriser et accompagner la prise de conscience, l’expression et la mise en activités des élèves ?
  • Quelles compétences médiatiques, numériques, sociales et citoyennes viser pour les élèves ?

Traces et identité numériques

  • Intervention d'Yvan Font

Problématiques proposée autour des "traces numériques"

Pourquoi la diffusion des informations liées à l’identité numérique constitue-t-elle un enjeu pour l’EMI ? Quels rôles jouent les médias numériques ? Quels sont les nouveaux champs investis par l’information ?

Des précautions sont nécessaires quant aux « usages des jeunes ». Les jeunes se constituent très tôt un bagage lié à la publication d’informations et ont de nombreux usages des médias numériques (sociaux). Ils émettent dès le plus jeune âge un grand volume de traces intentionnelles et non-intentionnelles sur des médiums à large audience. Ils "indexent leur identité" à partir des traces numériques publiées. Ils se constituent eux-mêmes en objet documentaire sur la toile. Les nouveaux objets connectés sont aussi générateurs de traces.

L’EMI peut-elle prendre en charge le nécessaire « travail d’oubli » ?

Aujourd'hui la gestion de l’identité numérique passe par contrôle des traces volontaires et involontaires laissées notamment sur les réseaux. La suppression de l'information devient un enjeu au milieu d'une inflation de données. Paradoxalement, une solution possible pour organiser  l'« invisibilité » numérique réside dans une activité positive et maîtrisée de son activité numérique : c'est à dire agir pour construire son identité positive plutôt que de se voir figurer, représenté, exposé... Pour cela, Il faut veiller à maintenir un équilibre entre les usages et les compétences des élèves et  des enseignants.

Le travail sur la rédaction de chartes de bons usages entre élèves, parents et établissement est un préalable à gestion maîtrisée de son identité numérique, même hors des espaces numériques pédagogiques.

Quelques pistes à utiliser avec les élèves
  • Investir leurs usages dans le champ pédagogique, notamment grâce aux environnements numériques permettant les plateformes collaboratives (forums, pads, usages pédagogiques de l’ENT...) ;
  • Passer de la visibilité à l’activité, de l’émission de traces à la production d’information;
  • Publier, informer, éditer, produire de l’information sur un média d’établissement
  • Tenir compte des conditions d’usage de publication et de la protection des données dans le choix des médias de publication.

Info, intox sur le web et complotisme

  • Intervention de Bérangère Gossart et de Nicole Pavoni

Dans cette intervention deux sujets, très liés l’un à l’autre, ont été abordés : « Info, intox sur le web » et le complotisme.

La désinformation

Le premier sujet sur la désinformation a fait l’objet d’un atelier dans le cadre de la 27e semaine de la presse et des médias dans l’École.

Pourquoi  traiter de ce sujet ? Après les attentats contre Charlie Hebdo, ceux du 13 novembre 2015 et ceux récemment de Bruxelles, des rumeurs, des infos non vérifiées, des images détournées se sont répandues sur la toile et se sont glissées dans le flux des nouvelles, créant la confusion dans les esprits des internautes, des citoyens. Car c’est bien le flux d’informations, cette surinformation (cette « infobésité ») qui interpelle. De plus, ces fausses informations, ces images truquées nous arrivent par le biais des réseaux sociaux, souvent sur notre smartphone et sont très souvent décontextualisées. Comment démêler le vrai du faux ?

Les objectifs de la séance sont donc les suivants :

  • Faire acquérir aux élèves des compétences informationnelles pour leur permettre de décrypter le flux d’informations
  • Montrer aux élèves qu’il faut soumettre à critique l’information
Le complotisme

Le second sujet sur le complotisme a donné lieu à de nombreuses ressources numériques.

> http://www.education.gouv.fr/cid98418/journee-d-etude-reagir-face-aux-theories-du-complot.html

Tout comme les rumeurs, les hoaxs, les complots sont les écueils de la société de surinformation et après les attentats de Paris et de Bruxelles, il y en a eu de nombreux. Les théories du complot ne datent pas d’hier, elles sont même très anciennes (ex : la chasse aux sorcières au Moyen-âge). Mais tous les chercheurs qui s’intéressent à cette question ont constaté que depuis les années 90 et surtout les années 2000, il y a une réapparition très forte, notamment depuis les attentats du 11 septembre 2011 à New York.

Pour essayer de comprendre le succès des théories du complot, il s’agissait d’abord d’en analyser quelques causes (multiples et complexes), d’en envisager les conséquences, notamment sur les jeunes et enfin d’aborder le rôle de l’EMI pour se prémunir contre ce fléau.

Quelques sources

  • Questions clé, émission de la Radio Télévision Belge Francophone
  • La démocratie des crédules (2013 - Presses universitaires de France) de Gérard Bronner, professeur de sociologie de l’université de Paris Diderot et membre de l’académie des technologies
  • Les travaux de Nicolas Vandesbist, chercheur à l’Unversité de Louvin, spécialiste de l’analyse des phénomènes d’influence sur internet et ceux de nombreux  d’enseignants de l’académie d’Orléans-Tours
  • le "Petit objet multimédia ou POM" développé par deux journalistes de France 24, spécialistes de mouvements jihadistes, et destiné aux enseignants comme support de classe interactive.
 

DIRECTION DES SERVICES DEPARTEMENTAUX DE L'EDUCATION NATIONALE

carte de l'auvergne lien vers DSDEN Allier lien vers DSDEN Puy-de-Dôme lien vers DSDEN Haute-Loire lien vers DSDEN Cantal
Concertation pour l'accueil et la réussite des étudiants
Information sur l'application e Parents
Saisir les services de l'académie de Clermont-Ferrand
Bouquet de services