Ateliers

Jean-Claude Fricou, IA-IPR sciences et techniques industrielles (STI),

Laurent Allezard et Thierry Provost, enseignants sciences et techniques industrielles (STI)
> pôle de compétences sciences et techniques industrielles

Pour tous les participants inscrits à cette journée, toutes les ressources(supports, liens...) à disposition sur l'ENT Auvergne
https://entauvergne.fr/

(Accès avec identification)

 

Démarche et pédagogie de projet

Comment faire en sorte que les projets, sources de motivation pour les élèves, soient porteurs d’apprentissage ?

l'atelier en images

Jean-Claude Fricou, Laurent Allezard et Thierry Provost

Comment faire en sorte que les projets, sources de motivation pour les élèves, soient porteurs d’apprentissages ?

L'objectif de l’atelier est de construire un projet de manière à éviter une démarche trop productiviste : "le projet pour le projet" qui s'écarte des apprentissages. Il s'agit aussi d'écarter l'approche techniciste qui voit l’enseignant tout gérer en laissant peu de place à l’élève, ou à l'inverse une conduite de projet spontanéiste basée sur une trop grande improvisation.

Cet atelier s’appuie sur les modules du parcours M@gistère : "Pédagogie de projet".

"Apprendre en faisant"

L'idée est de proposer d'apprendre en faisant, pour donner du sens et motiver les élèves qui apprennent mieux en étant actifs et créatifs. Après un temps d’échange, le travail s’oriente vers des actions qui donnent du sens et qu’il sera possible de réinvestir. Le projet est utilisé comme objet pédagogique.

Un projet choisi est bien plus porteur qu’un projet "subi"

Proposer un module de formation avec conventionnement pour des élèves de l'enseignement agricole, travailler sur un projet robotique en technologie au collège, dans ces retours d'expériences en établissement, les élèves sont mis en activité autour d'une dynamique de projet très valorisante. Cette dynamique apporte de la motivation et transforme le comportement de l’élève. Certains élèves qui sont effacés en classe, se révèlent dans la tenue d’un projet.

La démarche de projet

Dans la suite de l’atelier, un exemple de projet a été choisi autour du biomimétisme. Le biomimétisme qui consiste à apprendre de la nature, à imiter la vie. Dans les technologies humaines, on parle de bionique.

Concevoir son projet : le brainstorming

Le brainstorming est une méthode de créativité irrationnelle, basée sur la récolte d’idées spontanées et qui doit se faire sur des temps très courts, pour favoriser le dynamisme. On peut formaliser en trois phases :

  • Idées lâchées en vrac sans censure pour lancer la dynamique avec des élèves. Le principe du don de parole aléatoire avec une balle peut être une bonne idée (5 minutes)
  • Tri des idées (5 minutes)
  • Donner un thème ou titre précis au projet
Phase 1 : des idées en vrac, sans censure, sans critique

Lors de l’atelier, un outil de carte mentale a été utilisé. La carte mentale peut être réorganisée simplement, par des glisser-déposer.
> un exemple de carte mentale finalisée

Phase 2 : hiérarchisation et tri des idées

Les idées retenues commencent à prendre forme par thématique.

> un exemple de tri finalisé

Phase 3 : Choix d’une thématique de projet

Cette phase n’a pas été traitée lors de l’atelier. Elle permettra, à partir de la carte mentale précédente, de choisir une thématique pour le projet et de construire une problématique.

Temps d’échanges

Cette démarche est-elle faite avec les élèves ?

Pour la construction d’un projet, non. Elle permet de donner le thème du projet, elle est faite en amont avec les enseignants. Lorsque l’on se lance dans un projet, on répond à un besoin, à une envie déjà formalisée. Il est possible d’utiliser le brainstorming avec des élèves mais le cadre sera différent.

Comment passe-t-on de la carte mentale à un projet ?

À partir d’une des thématiques qui ressortent, il faudra faire des choix et construire une problématique. Objectif : donner du sens aux apprentissages.

Quid de la production ?

Elle répond à un besoin. Elle n’a pas forcément de sens en elle-même mais elle crée un prétexte pour donner du sens.

Dans quel sens nous travaillons, avec la production finale en tête ou avec l’idée de projet avant tout ?

Il est évident qu’il peut arriver d’avoir une idée de production et qu’on adapte le projet à cette méthode, mais il faut sortir de la production unique. L’objet seul ne suffit pas.

La validation du projet

Toujours dans l’esprit de la carte mentale, on liste ici tous les points importants pour la réussite du projet. Comment valider le projet une fois ces points listés ?

Les points importants soulevés ci-dessus ont tous un caractère de priorité plus ou moins fort. Il est ainsi possible de pondérer ces items pour étayer la validation. Il faudra ensuite évaluer de manière précise chaque item dans une échelle de valeur chiffrée. Une fois tous ces items étudiés avec précision et avec sa propre sensibilité, on va pouvoir valider ou non son projet.

Élaborer des documents de suivi du projet

La réussite du projet passe par la mise en place de documents de suivi :

  • cahier des charges
  • planification
  • recherche de solutions
  • constat, analyse de l’existant
  • objectifs pédagogiques
  • tâches identifiées liées aux compétences
  • tâches réparties
  • évaluations mises en place

Deux aspects différents vont différencier la démarche de projet de la pédagogie de projet :

  • les productions liées au projet, la démarche de projet
  • les production de documents qui mettent en valeur les objectifs pédagogiques et les attendus éducatifs, la pédagogie de projet

Pour faire passer les compétences, il est important de les expliciter à tout moment à l’élève, de faire le lien avec les tâches définies.

L'évaluation du projet

Il faut définir des indicateurs de performance, observables, qui permettront l’évaluation du projet, quel que soit le résultat de la production. Les élèves doivent comprendre ces indicateurs. Ils doivent savoir ce qu’ils vont acquérir en sortant du projet. L’évaluation peut se faire en fin de projet ou au fil de l’eau, à chaque séance par exemple.

Les outils de gestion

L'usage d'une tablette peut, faciliter ce type d’évaluations.

La création d’un groupe de travail sur l'ENT est très intéressante pour la conduite de projets. Le groupe permet :

  • de créer des documents collaboratifs
  • de demander une notification de suivi des modifications
  • d'utiliser une fonction site web, alimentée au fur et à mesure du projet
  • d'utiliser la liste de diffusion...

Conclusion

La démarche de projet et la pédagogie de projet peuvent être schématisées (voir ci contre). Lorsque l’on entre dans une démarche de projet avec les élèves, nous mettons nécessairement en parallèle les compétences et les connaissances acquises. La création, pendant la tenue du projet, de besoins d’apprentissages va permettre de réellement ancrer son projet dans une méthodologie pédagogique forte. Dans cet atelier, la volonté a été de mettre en avant la dynamique de projet.