Les élèves du lycée La Chartreuse de Brives-Charensac
Les élèves du lycée La Chartreuse de Brives-Charensac
Les élèves du lycée de Haute-Auvergne de Saint-Flour
Les élèves du lycée La Chartreuse de Brives-Charensac

30e Edition de Prix Goncourt des Lycéens

Le ministère chargé de l'Éducation nationale en partenariat avec la Fnac et le Réseau Canopé organisent le Prix Goncourt des lycéens sous le haut patronage de l'Académie Goncourt. L'objectif est de faire découvrir aux lycéens la littérature contemporaine et de susciter l'envie de lire.

Deux établissements de l'académie mènent ce projet: le lycée La Chartreuse de Brives-Charensac, et le lycée de Haute-Auvergne de Saint-Flour. Une classe de seconde et une classe de première littéraire ont été sélectionnées pour participer à la 30e édition du Prix Goncourt des Lycéens. Les élèves se sont emparés des 15 livres en lice du Prix Goncourt. Pendant deux mois, ils ont produit des critiques afin d'élire le meilleur roman.

Les deux classes sont allées à Grenoble, le 18 octobre afin rencontrer les auteurs des livres, puis à Lyon le 13 novembre, ou deux élèves ont représenté leur classe lors des délibérations régionales.

La classe de seconde du lycée de Haute-Auvergne de Saint-Flour a été sélectionnée pour participer aux rencontres de Rennes qui se tiendront les 30 novembre et 1er décembre. Les élèves rencontreront d'autres classes venant de toute la France et partageront ainsi leur expérience, ils rencontreront également le lauréat, prendront part à des ateliers d'écriture et découvriront les métiers du livre.

Les critiques des livres en lice au Prix Goncourt des Lycéens, écrites par les élèves du lycée de Haute-Auvergne de Saint-Flour
Les livres en lice pour le Prix Goncourt de Lycéens 2017
  • Nos richesses de Kaouther Adimi (Seuil)
  • Taba-Taba de Patrick Deville (Seuil)
  • Un certain M. Piekielny de François-Henri Désérable (Gallimard)
  • Un loup pour l'homme de Brigitte Giraud (Flammarion)
  • La disparition de Josef Mengele d'Olivier Guez (Grasset)
  • Tiens ferme ta couronne de Yannick Haenel (Gallimard)
  • La serpe de Philippe Jaenada (Julliard)
  • Nos vies de Marie-Hélène Lafon (Buchet-Chastel)
  • Bakhita de Véronique Olmi (Albin Michel)
  • Niels d'Alexis Ragougneau (Viviane Hamy)
  • Trois jours chez ma tante de Yves Ravey (Minuit)
  • Summer de Monica Sabolo (J-C. Lattès)
  • Les rêveuses de Frédéric Verger (Gallimard)
  • L'ordre du jour d'Eric Vuillard (Actes Sud) qui a reçu la 6 novembre le Prix Goncourt
  • L'art de perdre d'Alice Zeniter (Flammarion)

Les enseignants des deux établissements relatent le travail des élèves et leurs expériences

  • Le lycée La Chartreuse de Brives-Charensac
    La Classe de 2de 4 du Lycée La Chartreuse de Brives-Charensac a été sélectionnée avec 52 autres classes choisies dans les lycées français européens pour participer à la trentième édition du Prix Goncourt des Lycéens. Celui-ci consiste à élire le meilleur roman parmi les 15 ouvrages proposés par l’Académie Goncourt avec un délai de lecture de deux mois. La première date importante de ce projet est fixée au 18 octobre, jour où la classe aura l’immense plaisir de rencontrer à Grenoble les écrivains de ce prestigieux prix littéraire. Puis, le 13 novembre, un élève aura le privilège de représenter sa classe lors des délibérations régionales à Lyon et soutenir le choix de ses camarades afin de proclamer le tiercé gagnant de la région... Jusqu’aux délibérations nationales qui se dérouleront à Rennes le 16 novembre ! Pour compléter ce projet, les élèves de 2de 4 auront le plaisir de proposer du 2 octobre au 7 novembre une chronique littéraire hebdomadaire sur RCF.

    Mme Tavernier
    , professeure de Lettres au lycée La Chartreuse de Brives-Charensac

  • Lycée de Haute-Auvergne de Saint-Flour
    La classe de première littéraire du Lycée de Haute-Auvergne de Saint-Flour participe au Prix Goncourt des Lycéens 2017.
    Les élèves ont reçu en six exemplaires les quinze livres de la sélection Goncourt (celle du mardi 5 septembre), ils ont commencé la lecture et le travail de critique. Ils se rendront à Grenoble le 18 octobre pour rencontrer certains des auteurs de la sélection et pourront ainsi leur poser des questions. Puis ils éliront un délégué qui partira défendre le tiercé de la classe le 13 novembre. Si ce délégué est élu par ses pairs, il se rendra à Rennes le 16 novembre pour l'attribution du Goncourt des Lycéens.

    Enfin la classe a été sélectionnée pour participer aux rencontres de Rennes qui se tiendront les 30 novembre et 1er décembre: les élèves rencontreront d'autres classes venant de toute la France et partageront ainsi leur expérience, ils rencontreront également le lauréat, prendront part à des ateliers d'écriture et découvriront les métiers du livre.

    Voici la lettre faisant référence aux oeuvres en lice, écrite par les élèves pour candidater pour les rencontres de Rennes (seules 14 classes ont été retenues sur 50):
    "A l'ordre du jour, ce 18 septembre au CDI du Lycée de Haute-Auvergne, l'écriture d'une lettre, celle qui pourrait, si nous sommes chanceux, nous conduire, fin novembre, début décembre à Rennes. Nous savons qu'il y aura peu d'élus, que la lutte commence, que tous les coups seront permis, coup bas, coup de serpe, coup de pouce... Nous ne nous faisons pas de films...quoique nous pourrions écrire, à l'encre violette, un scénario sur L'Art de perdre, avec la manière, la tête haute, cela va sans dire. Mais, quelque soit votre réponse, nous avons déjà gagné : en lisant, nous avons voyagé, nous avons remonté la rue Hamani (ex rue Charras) à Alger, nous avons sonné au 16 de la rue Grand Powlanka à Wilno, l'Argentine n'a, pour nous, plus aucun secret tout comme l'Algérie ou le Soudan ; nous avons amassé quelques richesses, quelques héritages ; et puis, surtout, nous avons fait des rencontres : une sainte, un Joseph peu recommandable, une blonde à forte poitrine, un certain Monsieur Piekielny, un libraire, un neveu verreux, un infirmier, une noyée....bref nous ne sommes pas seuls! En dernier recours, nous pourrions vous soudoyer, vous proposer une boîte de cachous, quelques beignets... Finalement, en bons Auvergnats, nous allons nous en remettre au Saint-Esprit et, pour parodier Frederic Verger dans Les Rêveuses, nous conclurons en chanson : "Nous venons du fin fond du Cantal / Nous faisons de très belles lectures / Nous vendons d'un Goncourt le journal/ Nous tenons à la littérature !""

    Mme Delphine Hebrard, professeur de lettres au Lycée de haute-Auvergne, Saint-Flour